A l’origine fut la vitesse

A l’origine fut la vitesse
Le Testament de Sov Strochnis

 

Proposition immersive, théâtrale et sonore  de PHILIPPE GORDIANI et NICOLAS BOUDIER pour 44 spectateurs à partir de 13 ans

Second volet d’un diptyque inspiré par La Horde du Contrevent d’Alain Damasio, le compositeur/producteur Philippe Gordiani y poursuit son exploration de la relation musicale entre le son, la narration et l’espace. Avec la collaboration du créateur scénique Nicolas Boudier, il donne une dimension supplémentaire à la recherche d’une expérience immersive, sensible et théâtrale.

« A la lecture de La Horde du contrevent, j’ai développé un imaginaire musical et sonore construit à partir du vent, personnage principal du roman de Alain Damasio. J’ai eu le désir de créer un spectacle hybride et immersif mêlant texte, musique et art numérique autour de ce roman, un spectacle riche de la transversalité de mon parcours artistique, avec la musique comme vecteur.
La Horde du contrevent relate une quête illusoire : un groupe d’élite, formé dès l’enfance à faire face, part des confins d’une terre féroce, saignée de rafales, pour aller chercher l’origine du vent. Ils sont vingt-trois, un bloc, un nœud de courage : la Horde. Ils traversent leur monde debout, à pied, en quête d’un Extrême Amont qui fuit devant eux comme un horizon fou.
Dans ce spectacle, pour raconter cette histoire nous avons pris le parti du monologue par le biais de Sov Strochnis, le scribe. Les spectateurs sont directement reliés à sa mémoire fragmentée. Quelle a été sa quête ? En quoi son aventure peut-elle parler à chacun ? Que peut-il en raconter ? La source du vent, l’extrême Amont, est elle une quête intérieure, une quête de soi ?

Lorsque je visualise les images récentes des typhons, qui sont de plus en plus fréquents, j’ai l’impression qu’ils sont la représentation exacte d’une science-fiction imaginée 60 ans plus tôt par Ballard et que Damasio questionne lui aussi le monde de demain, d’aujourd’hui. En ce sens, s’attaquer à
la Horde du Contrevent, c’est s’attaquer à la question du réchauffement climatique, de l’anthropocène, et c’est proposer une sensibilisation indispensable à la  transformation du monde qui nous entoure. Est-ce vraiment une quête illusoire ? Un Extrême Amont ?
 » Philippe Gordiani

En savoir + | Dossier artistique

Philippe Gordiani

Artiste protéiforme, Philippe Gordiani est musicien / compositeur / producteur de musiques électroniques. Il évolue dans l’univers des musiques amplifiées contemporaines. Il participe (concerts / enregistrements) à de nombreux projets musicaux nationaux et internationaux de la nouvelle scène jazz / expérimentale et développe ses projets personnels.
Il compose des musiques de scène (Arnaud Meunier, Richard Brunel, Philippe Delaigue, Christophe Perton, Enzo Cormann, Lancelot Hamelin, Laurent Hatat…) et a reçu à ce titre le fond de soutien musique de scène de la SACD en 2014 et une commande d’écriture de la Fondation Royaumont en 2007.
Il collabore avec l’artiste Guillaume Marmin sur de nombreux projets cinétiques d’art numérique diffusés dans des festivals d’art numérique internationaux.
La Deutschradiokultur lui a passé plusieurs commandes de compositions pour la réalisation de pièces radiophoniques (2016/2017/2019).
Philippe Gordiani perçoit le rapport au son comme l’essence de son langage musical et envisage la spatialisation des sons comme une écriture. Il développe des installations sonores immersives et des dispositifs d’écoute singuliers.
Depuis 2014, il a décidé de monter se compagnie Pygmophone afin de développer des projets hybrides ou se croisent musique, texte et art numérique.

Nicolas Boudier
Concepteur de dispositif scénique – Scénographe, Créateur lumière et Photographe.
Après avoir suivi des études d’automation et de robotique, il délaisse l’industrie et se tourne vers le spectacle vivant. En 1992 il est diplômé de L’ENSATT et du GRIM en tant que concepteur lumière. Par la suite il est rapidement sollicité pour également concevoir des scénographies pour la danse et le théâtre. Spécialiste dans la réalisation de dispositif optique
intégrant lumière, son et vidéo et générant des images virtuelles au plateau. Il conçoit et développe des objets scéniques portant la dramaturgie et permettant la création de séquences narratives visuelles et sonores. Ses dispositifs trouvent également leurs places dans les musée comme par exemple l’exposition « 
Mécanhumanimal » de Enki Bilal au Musée des arts et métiers de Paris ou dernièrement « Prison, au-delà des murs » au Musée des confluences de Lyon.
En parallèle il développe son travail de photographe auteur donnant naissance à plusieurs expositions, ainsi que des performances et installations avec la chorégraphe Astrid Takche de Toledo.
Depuis 1992, il conçoit et réalise ses dispositifs scéniques à travers scénographie, vidéo, son ou lumière pour les spectacles de : Joris Mathieu ; David Wampach ; Lia Rodrigues ; Yuval Pick ; Stephane Ricordel ; Gilles Pastor ; Olivier Meyrou; João Saldanha ; Astrid Takche de Toledo ; Carole Lorang ; Géraldine Benichou ; Sylvie Mongin Algan ; Le Nordik Balck Theatre ; Christian Giriat ; Nathalie Royer ; Denis Plassard ; Philippe Pellen Baldini ; Shantala
Shivalingappa ; Pina Bausch : Ushio Amagatsu ; Savitry Naïr ; Enzo Cormann.